20 bons vins à moins de 20$ pour septembre 2015

Les choix de notre équipe du Québec

C’est bien beau, les bouteilles coûteuses qui font vibrer d’émotion, mais au jour le jour, avec tous les autres comptes à payer par ailleurs, on a la plupart du temps envie de se faire plaisir avec de bons vins pas trop chers. Ça tombe bien ! À chaque fin de mois, nos chroniqueurs vous suggèrent 20 bonnes affaires à moins de 20 $ parmi les bouteilles qu’ils ont goûtées récemment. Santé !

Notre équipe du Québec : Bill, Marc, Nadia et Rémy

Les choix de Marc Chapleau

On peut appeler ça l’esprit de contradiction : les journées raccourcissent, les soirées fraîchissent, et me voilà qui débarque avec trois blancs et seulement deux rouges. À tout seigneur tout honneur… ces derniers d’abord.

À 16 $, le cahors Château Eugénie 2011 m’estomaque — ça sonne drôle dit comme cela, je sais, mais on se comprend : j’ai beaucoup aimé. Le vin est la fois fondu et prêt à boire tout en étant généreux et juste assez tannique.

Plus à l’est, et sauf erreur en gros à la même hauteur sur la carte, le rouge Versant Syrah Foncalieu 2014, en vin de pays d’oc, est à peine corsé, poivré et rafraîchissant. À 15 $, on ne réfléchit pas trop longtemps.

Château Eugénie 2011Foncalieu Le Versant Syrah 2013Pfaffenheim Cuvee Jupiter RiesChâteau De Chasseloir Cuvée Des Ceps Centenaires 2012Birichino Malvasia 2013

Les blancs, maintenant. D’Alsace, le Riesling Pfaff Jupiter 2013 est vif et précis, avec d’engageants arômes d’agrumes.

De la Loire, le Muscadet Comte Leloup 2012 est nerveux et bien goûteux. Ses accents fumés (la minéralité ?) sont si marqués au nez que j’ai un instant cru, suis-je bête, qu’il était boisé…

Enfin, on passe à la Californie avec un Malvasia Birichino 2013 parfumé au nez, qui rappelle même le viognier, et riche et corsé en bouche. À réserver aux fromages de fin de repas, qui vont bientôt se réinviter plus assidûment avec le temps qui se refroidit peu à peu…

Les choix de Bill Zacharkiw

Les dernières semaines ont été belles et assez chaudes, c’est vrai, mais la nuit dernière il a fait 3 degrés chez nous, dans les Laurentides. Cela dit, l’automne est l’une des meilleures périodes pour manger puisque les potagers regorgent encore de tomates et de courges, tandis que les champignons abondent et que les huîtres sont en pleine saison.

Allons-y tout de suite avec les huîtres. J’aimerais que tout le monde boive plus de mousseux l’année durant, et ça tombe bien parce qu’avec les huîtres sur écaille, le Freixenet Elyssia est un excellent compagnon. De superbes arômes, beaucoup de persistance, ce mousseux espagnol est en outre sec et minéral — les huîtres adorent !

Amateurs de fruits de mer, de crevettes et de pétoncles notamment, vous serez ravis de savoir qu’à moins de 12 $, le Marques de Marialva 2014 est tout indiqué. Rafraîchissant, juteux, minéral et avec juste ce qu’il faut de texture pour accompagner la plupart des plats à base de fruits de mer.

Freixenet Elyssia Gran Cuvée Brut CavaMarquês De Marialva Bairrada Colheita Seleccionada 2014San Fabiano Calcinaia Casa Boschino 2013Barahonda Barrica Monastrell Syrah 2012Château Rouquette Sur Mer Cuvée Amarante 2012

Je prépare de la sauce tomate chaque semaine, ces temps-ci, et pour jumeler avec toute cette acidité, rien ne vaut le sangiovese. Le Casa Boschino 2013, qui contient aussi 30 % de cabernet et de merlot pour arrondir les angles, est bio et parfait pour toutes les recettes à base de sauce tomate. Sans compter qu’à moins de 15 $, c’est toute une affaire.

J’ai commencé à ramasser des champignons sauvages, que je cuisine à peu près à toutes les sauces. À table, l’un des mariages les plus réussis avec ces fungi a été avec le Barahonda 2012. Fait de monastrell et de syrah et provenant de la région espagnole de Yecla, c’est, à moins de 18 $, un impressionnant rouge mêlant habilement les épices et les petits fruits noirs.

Enfin, alors qu’on se dirige de plus en plus vers les plats riches et notamment les viandes rouges, les vins rouges costauds et savoureux ont la cote. Essayez par exemple le Cuvée Amarante 2012, du Château Rouquette-sur-Mer. Pur Languedoc, bourré de fruit, d’herbes et de tannins bien mûrs.

Les choix de Rémy Charest

Je suis tout juste de retour d’Afrique du Sud, où j’ai été épaté par la diversité et le caractère original de la production, tout au long du grand salon des vins du pays, Cap Wine. Remis sur les marchés internationaux il y a à peine plus de vingt ans, le pays progresse à grande vitesse, tant grâce à des bons rapports qualité-prix qu’à des vignerons artisans du Swartland ou d’ailleurs qui reprennent des vieilles vignes ou essaient des styles rafraîchissants au sens propre comme au figuré.

Avec plus de 150 vins en SAQ, dont près de la moitié sous les 20$, il y a de quoi faire de belles découvertes sans se ruiner. Le chenin, raisin blanc abondant en Afrique du Sud, en offre plusieurs exemple, que ce soit celui de Robertson (beau, bon pas cher), ceux de l’énergique Ken Forrester, ou encore celui de Fairview, à la fraîcheur et à la minéralité exemplaires.

Fairview offre aussi un des beaux pinotages disponibles à la SAQ – et un des rares, aussi. Normal, puisque la réputation du cépage a été malmenée par des vinifications maladroites, autrefois. Plutôt frais et souple, celui-ci mérite qu’on le revisite.

Fairview Darling Chenin Blanc 2014Fairview Pinotage 2013Douglas Green Cabernet Sauvignon 2014Babylon's Peak Shiraz Carignan 2014The Goatfather 2013

Dans la catégorie rapport qualité-prix, difficile de battre le cabernet sauvignon Douglas Green, bien typé, honnête et sans les excès techniques qui frappent souvent les vins d’entrée de gamme de Californie ou d’Argentine, par exemple. À 11$, c’est une belle aubaine.

Le Swartland est un des endroits les plus créatifs d’Afrique du Sud, avec plusieurs producteurs qui penchent solidement vers les vins nature et les cuvées hors normes. Les vins d’Adi Badenhorst sont probablement les plus représentatifs de cette approche, en SAQ, mais l’assemblage Syrah-Carignan du domaine familial Babylon’s Peak vaut aussi le détour, avec son fruit noir intense et sa structure joliment rustique.

Autre exemple de la diversité vinicole sud-africaine, le Goatfather 2013 offre un assemblage expressif de barbera, de sangiovese, de nebbiolo et de cabernet sauvignon, qui a un bon accent italien. Et il ne sent pas du tout le caoutchouc brûlé, un cliché sur les rouges du pays qui mérite d’être mis de côté pour de bon.

Les choix de Nadia Fournier

Gaba Do Xil, Mencia 2013, Telmo Rodriguez : Telmo Rodríguez démontre une fois de plus son talent à produire des vins de facture moderne, fidèles à leurs origines. Coulant, plein de fruit, avec des notes de fleurs séchées, de poivre, de garrigue. Beaucoup de vin dans le verre pour le prix!

Yllera, Coelus 2013, Joven, Rioja : 100 % tempranillo. Si vous vous êtes déjà arrêté au hasard de la route, dans un petit restaurant de campagne en Espagne, il y a de fortes chances que le vin rouge qui accompagnait votre repas ressemblait à ce jeune rioja.

Gaba do Xil Mencía 2013Coelus Rioja 2013José Maria Da Fonseca J M FMission Hill 5 Vineyard Pinot Blanc 2014Domaine Les Brome Cuvée Charlotte 2014

Fonseca, José Maria Da Rouge, Península de Setúbal : Tout nouveau à la SAQ, un très bon vin rouge constitué de castelão et d’aragonez, chaleureux et tout en souplesse. Un rapport qualité-prix irréprochable, parmi les plus intéressants au rayon portugais.

Mission Hill Pinot blanc 2014, Five Vineyards, Okanagan Valley : Depuis quelques années, j’apprécie de plus en plus le charme discret de ce pinot blanc de l’Okanagan. Un conseil : servez le frais autour de 12°C, mais pas froid. Vous apprécierez mieux la délicatesse de ses saveurs.

Courville, Léon; Cuvée Charlotte 2014 : La « petite » cuvée de Léon Courville mise sur la vitalité et les notes de citronnées et sur un soupçon de geisenheim, pour la touche floral qui contribue à son charme.

La liste complète : 20 bons vins à moins de 20$

Note de la rédaction: vous pouvez lire les commentaires de dégustation complets en cliquant sur les noms de vins, les photos de bouteilles ou les liens mis en surbrillance. Les abonnés payants à Chacun son vin ont accès à toutes les critiques dès leur mise en ligne. Les utilisateurs inscrits doivent attendre 60 jours après leur parution pour les lire. L’adhésion a ses privilèges ; parmi ceux-ci, un accès direct à de grands vins!


Publicité
19 Crimes


Recent Posts: