Les bons choix de Nadia – octobre

Cellier octobre 2e vague
par Nadia Fournier

Nadia Fournier - New - Cropped

Nadia Fournier

D’entrée de jeu, mes excuses pour le léger retard à vous donner mes impressions sur les vins relâchés jeudi dernier dans le cadre de la promotion du Cellier d’octobre. J’étais occupée à temps on ne peut plus complet à terminer la rédaction du Guide du vin 2015. Voilà qui est fait. La 34e édition est maintenant entre les mains de l’imprimeur et devrait arriver en librairie dès le 5 novembre prochain!

N’ayez crainte, tous les produits sont encore disponibles en bonne quantité dans le réseau de la SAQ. Dans le lot, une belle sélection de vins rouges et blancs portugais. Encore trop peu représenté au Québec et évoluant encore dans l’ombre de son voisin espagnol – la popularité ne va pas toujours au mérite –, le Portugal a beaucoup à offrir à l’amateur de vin en quête d’aubaines et de dépaysement, surtout.

Le pays est méridional et le soleil tape fort, mais les vignobles bénéficient aussi de l’effet modérateur de l’océan Atlantique. Le charme de ces vins réside donc dans leur caractère authentiquement chaleureux, mais néanmoins digeste, ce qui les rend en fait de bons compagnons de table.

Quinta Da Romaneira 2009 Quinta Da Ponte Pedrinha 2005D’abord connu pour le porto, le Douro produit aujourd’hui plus de grands vins de table que toute autre région viticole portugaise. Le Sino da Romaneira (20,20 $), deuxième vin de cette vieille quinta gérée par l’équipe de Quinta do Noval (AXA Millésimes), en est un bel exemple. Passablement riche en 2009, mais façonné dans un style plutôt dépouillé, assez strict et tannique, il sera mis en valeur par une viande rouge saignante.

Si les vins de table du Douro ont été la révélation portugaise des années 1990, ceux du Dão pourraient bien être celle de la présente décennie. Avec les investissements soutenus dont elle bénéficie depuis une vingtaine d’années, cette région, qui a beaucoup souffert du monopole de coopératives instauré sous la dictature (1933-1974), est en voie de réhabilitation. Il reste encore beaucoup de travail à faire au vignoble, mais le potentiel est énorme.

Dégusté à au moins cinq ou six reprises depuis 2010, ce vin rouge du Dão produit par Quinta da Ponte Pedrinha (24,60 $) ne cesse de me surprendre. De retour dans le même millésime cette année encore – apparemment les stocks de 2005 sont inépuisables – il m’a paru étonnamment jeune et frais. Déjà ouvert, il devrait tenir la route jusqu’en 2017, au moins.

Esporao Reserva 2013 Herdade Do Sobroso 2010Plus au sud, à une centaine de kilomètres à l’est de Lisbonne, le vaste vignoble de l’Alentejo donne des vins rouges généreux, comme celui de Herdade do Sobroso (24,30 $). Plus chaleureux que vraiment complexe, il plaira à l’amateur de vin gorgé de soleil.

Créé au début des années 90, ce domaine de l’Alentejo est l’un des plus imposants du Portugal. L’œnologue australien David Baverstock y produit des vins rouges passablement concentrés, mais aussi de bons vins blancs, comme ce Esporão Reserva 2013 (21,60 $), issu d’un assemblage d’antão vaz, d’arinto, de roupeiro et de sémillon. Une autre preuve qu’en cultivant des cépages adaptés à leur terroir, on peut obtenir des vins frais et équilibrés, et ce, même dans le sud de l’Europe.

Basque ou Breton ?

Originaire du pays basque, le cépage cabernet franc compte une multitude de clones et donne, par conséquent, des vins de style très différent. S’il joue un rôle de second plan dans la Gironde, c’est dans la vallée de la Loire qu’il prend toute son importance, surtout en Touraine (Bourgueil et Chinon), où on le nomme « breton ». On en tire tantôt des vins souples, vigoureux et coulants fruités, vifs et avant tout fruités; tantôt des vins de garde, profonds et concentrés.

Même s’il a changé de propriétaire en 2008, le Château de la Grille demeure fidèle au style classique et ferme qui a fait sa renommée. En 2009, on a produit un très bon vin de Chinon (29,55 $), plus charnu que la moyenne, mais d’un très bel équilibre.

Dans un autre millésime compliqué – ils se succèdent dans la Loire depuis quelques années –, Yannick Amirault et son fils ont bien tiré leur épingle du jeu, puisque leur Bourgueil 2012, La Coudraye (21,90 $) ne fait preuve d’aucune verdeur ni rusticité. L’agriculture biologique y est-elle pour quelque chose ? Peut-être, peut-être pas. Mais ce qui ne fait aucun doute, c’est que l’amateur de cabernet franc se régalera pour pas cher !

Château De La Grille 2009 Yannick Amirault La Coudraye 2012 Domaine De La Taille Aux Loups Clos De Mosny 2012 Château De Brézé Clos David 2011 Bellingham The Bernard Series Old Vine Chenin Blanc 2013

On voudra aussi retenir cet excellent vin blanc de Jacky Blot, l’artisan qui a donné ses lettres de noblesse à l’appellation Montlouis-sur-Loire, trop longtemps dans l’ombre de son illustre voisine : Vouvray. Loin d’être un pis-aller, la qualité des vins de Montlouis égale et surpasse parfois celle de Vouvray. Pour s’en convaincre, il suffit de goûter le délicieux Clos de Mosny 2012 (34,25 $), produit au Domaine de la Taille aux Loups. Un vin de texture, hyper harmonieux et promis à un bel avenir.

Conduit en agriculture biologique, le Château de Brézé, à Saumur, est sous la gouverne d’Arnault et d’Yves Lambert depuis 2009. Leur Saumur 2011, Clos David (26,30 $) mise avant tout sur la vitalité du chenin. Le compagnon idéal des huîtres, rehaussées d’un trait de citron.

Toujours en chenin, mais dans un autre hémisphère. Implanté dès le 17e siècle par les huguenots qui trouvèrent refuge en Afrique du Sud, le chenin blanc représentait 32 % de l’encépagement national en 1990. Peu à peu remplacé par des variétés rouges, il ne couvre aujourd’hui que 18 % du vignoble national, mais les vignerons qui ont décidé de le conserver en tirent des vins savoureux, comme le Bellingham Vieilles vignes Bernard Series 2013 (24,95 $), soumis à un élevage en barrique qui apporte un bel enrobage à l’acidité caractéristique du cépage. Cette winery a d’ailleurs été fondée en 1693 par un couple de huguenots franco-hollandais et ressuscitée par Bernard Podlashuk, d’où le nom de la cuvée.

Pour en finir avec le pipi de chat

« Pipi de chat sur buisson de groseille », vous connaissez ? Des petits comiques ont inventé cette expression pour décrire le parfum parfois rustique et, avouons-le, désagréable – de certains sauvignons blancs.

Cantina Terlano Winkl Sauvignon Blanc 2013 Domaine Fouassier Les Grands Groux Sancerre 2011Rassurez-vous, il n’y a pas de pipi de chat qui tienne pour décrire cet excellent sancerre, mais une palette aromatique singulière et une fraîcheur qui appelle un second verre. Ce domaine familial connaît une certaine renaissance depuis l’arrivée en poste, au début des années 2000, de Benoit et Paul Fouassier – représentants de la dixième génération – qui ont notamment converti le vignoble à l’agriculture biologique, puis biodynamique. Leur Sancerre 2011 (25,25 $) étonne d’abord par son registre aromatique singulier, puis par son envergure en bouche. Complexe et nuancé, c’est l’un des bons vins de l’appellation goûtés cette année.

Au cours des dernières années, j’ai souvent été étonnée par la profondeur et de la diversité aromatique des bons sauvignons blancs de l’Alto Adige, dans le nord de l’Italie. Celui-ci, produit par la cave coopérative de la commune de Terlano dépasse même toutes les attentes. Pas étonnant que cette cave fondée en 1893 soit reconnue à juste titre comme l’une des plus qualitatives du pays. On voudra apprécier le Winkl 2013 dès maintenant pour la complexité de son registre aromatique, mêlant le thé vert japonais aux notes de poivre blanc et d’agrumes, et reposant sur une texture juste assez vineuse pour laisser en bouche une sensation de plénitude. À 25 $, on se régale encore plus!

À la vôtre!

Nadia Fournier

Note de la rédaction: vous pouvez lire les commentaires de dégustation complets en cliquant sur les noms de vins, les photos de bouteilles ou les liens mis en surbrillance. Les abonnés payants à Chacun son vin ont accès à toutes les critiques dès leur mise en ligne. Les utilisateurs inscrits doivent attendre 60 jours après leur parution pour les lire. L’adhésion a ses privilèges ; parmi ceux-ci, un accès direct à de grands vins!


Publicité
Castello Di Gabbiano Chianti Classico Riserva 2009


Recent Posts: